sécurité avalanche

La neige est tombée en abondance depuis le début du mois, dans tous les massifs. Une situation propice au freeride mais aussi au déclenchement d’avalanches. L’occasion de rappeler les précautions à prendre pour évaluer le risque .

Les conditions climatiques de ce début de saison sont particulièrement difficiles : la neige est tombée en abondance sur un manteau fragilisé (datant des chutes de début novembre !) et avec de nombreux épisodes de vent. Déjà plusieurs avalanches ont eu lieu, il faut donc être extrêmement vigilants.

Adepte du freeride, vous ridez souvent hors piste en ski ou en snowboard : comment gérer ce risque ? A l’Anena (Association Nationale pour l’Etude de la Neige et des Avalanches) on explique : «La question se pose dès lors que l’on évolue en dehors des pistes balisées, que l’on soit professionnel ou amateur, skieur hors-piste, surfeur ou randonneur : y aller ou pas, et si oui avec quelles précautions ?» Sur son site, l’Anena consacre ainsi une page entière «d’aide à la décision», destinée à mesurer le risque potentiel de chaque sortie.

Tout d’abord, aucune sortie hors piste ne doit se faire sans matériel de sécurité : Arva, Pelle, Sonde et éventuellement, un sac ABS. Il va sans dire que du matériel dont on ne sait pas se servir ne sert à rien, il faut donc s’entraîner régulièrement entre amis avec son Arva, mais aussi à essayer de dégager une victime.

Certaines avalanches, ce mois ci, concernaient des victimes non équipées. Il est donc plus que jamais indispensable de rappeler l’aspect incontournable de ce triptyque Arva, Pelle, Sonde.

Une fois équipés, comment choisir son itinéraire pour bénéficier des meilleures conditions de neige tout en évaluant le risque ? L’Anena propose sur son site une description complète des différentes méthodes visant à quantifier le risque : http://www.anena.org/5160-methodes-d-aide-a-la-decision.htm

L’objectif est, item par item, d’analyser la situation. Avant de partir, il faut donc se poser les bonnes questions :

> Quelles ont été les conditions météorologiques récentes et quelles sont les prévisions météo (précipitations, altitude de la limite pluie-neige, températures, altitude de l’isotherme 0°, vitesse et direction du vent) ?
> Quelles sont les prévisions précises du Bulletin d’Avalanche ?
> Qui participe à la sortie, avec quel entraînement et avec quel niveau technique ? Combien y a-t-il de participants ?
> A-t-il neigé récemment ? Neige-t-il encore ? Quelle est l’épaisseur de neige fraîche ?
> Quelle est la pente moyenne de l’itinéraire ? Quelle est l’exposition ?
> Existe-t-il un risque de chute (barres rocheuses), d’ensevelissement sous d’importantes masses de neige en cas d’avalanche (fond de vallon, ravin, goulotte, ou même simple replat) ?
> Existe-t-il des possibilités de variante, échappatoire ?
Si à la fin de cette analyse plusieurs facteurs de risques s’accumulent, il faut savoir renoncer. Les facteurs de groupe (émulation, influence) sont aussi particulièrement toxiques, il faut donc pas hésiter à affirmer son choix face à ses copains si on ne le sent pas. Rappelez vous toujours qu’un bon rider est avant tout… un rider vivant !
Le rayon sécurité avalanche sur Glisshop :

accès direct