Adrien Bulard, le jeune du moment. Portrait.

ady2 Adrien Bulard, le jeune du moment. Portrait.

Si vous êtes un tant soit peu intéressés par l’actu skate, son nom doit vous dire quelque chose .

Car Adrien Bulard a un peu le profil premier de la classe. Non pas grâce à ses lunettes, mais plutôt de part ses résultats, qui frisent le sans faute depuis 3 ans. Contests français ou européens, Adrien Bulard imprime petit à petit sa marque et impose son style. Portrait de ce Shaun White à la française.

La vague ressemblance ne vous aura pas échappée. Cheveux roux et bouclés, peau claire et talent incontestable. Il y a un air entre Adrien et Shaun White, le kid de San Diego quasiment
aussi bon en skate qu’en snowboard. Adrien ne fait que du skate, normal quand on est issu de Rouen, les montagnes sont un peu loin. Mais quand il fait un truc, Adrien Bulard le fait bien.

A la base, il y a un gamin des Essarts, dans l’agglomération rouannaise, passionné de skate, et plus exactement de street, plutôt timide et réservé. Il grandit au skatepark, entre ses potes, sa planche toujours sous le bras. Mais son talent ne passe pas inaperçu très longtemps. Premier français à intégrer la team France de Quiksilver, Adrien accumule rapidement les victoires.

Les King of Rouen sont son premier terrain d’attaque, où il affirme son style et sa technique. Puis, il vise plus haut et s’offre le titre de champion de France des -18 ans en 2007, pour récidiver deux ans plus tard, en 2009, sur celui des plus de 18 ans ! Et risque bien de recommencer en 2010, car il a déjà remporté Lille et Nantes…

ady Adrien Bulard, le jeune du moment. Portrait.

Il y a peu, Adrien a également gagné le Simpel Session en Estonie et continue à étendre sa suprématie à l’Europe. Et il a de l’avenir, car son talent, son style si smooth, fluide et son engagement, lui permettront certainement de garder sa place de leader et pourquoi pas percer à l’international. En 2009, il fut d’ailleurs le seul européen à participer aux finales du Tampa Am, aux US, terminant 11ème. Mais pour autant, Adrien ne se met pas à se la raconter. Il reste simple, pensant à une seule chose : skater, à n’importe quel moment, sur n’importe quel spot. Pas le genre de gars à forcer les interviews, pas le genre à étaler son palmarès. Sans vouloir en mettre plein les yeux, Adrien Bulard fait sa session, tranquillement, photographes ou pas.

De la motivation, il en a à revendre, et c’est peut être ce qui lui permet d’engager toujours plus, de skater fort, tout le temps. Premier gars à rentrer un tré flip (3.6 flip) sur les 5 blocs de Bercy, Adrien essaie toujours de repousser ses limites, de rentrer de nouveaux tricks et dropper plus gros. Machine à tricks, machine à contests, disent certains. Loin de là, car Adrien cherche toujours le petit spot créatif, l’idée inédite, l’innovation technique. Les compet’, c’est un passage obligé et une petite dose d’adrénaline en plus, mais Adrien sait ce qu’est l’esprit du skate et ne préfère rien de plus qu’une petite free session entre potes….

Pas de commentaires

Laisser un commentaire